/
4/5

2 avis

Eva dort

Melandri, Francesca. Auteur

Edité par Gallimard. Paris , DL 2012

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Eva dort, de Francesca MELANDRI 4/5

    C'est une histoire, avec un h minuscule, dans l'Histoire avec un H majuscule. L'histoire, ce sont les mille-trois-cent-quatre-vingt-dix-sept kilomètres de train qui font le voyage d'Eva, jeune femme du Tyrol du Sud ou Haut Adige, pour aller revoir en Calabre ce vieil homme Vito qui va mourir bientôt et qui est l'un des piliers de sa vie d'enfant. C'est le trajet de Gerda, la mère d'Eva, belle et libre, au coeur d'un coin de la péninsule agité par les mouvements indépendantistes et le terrorisme auquel sa famille n'échappe. L'Histoire c'est le destin du Tyrol du Sud, cette région d'Autriche cédée à l'Italie à la fin de la première guerre mondiale et que Mussolini tentera d'italianiser, jusqu'au moment où un homme nommé Sylvius Magnano obtiendra de Rome un statut indépendant pour ce Haut-Adige. Le lecteur fait le voyage avec Eva avec son histoire et celle de l'Italie, comme s'il y était. Il fait vite partie de cette famille peu ordinaire, faite de convictions inaltérables et d'amours fous. Un livre sans nuances, sans fioritures, qui dit seulement du vrai. Un livre écrit comme les films qui sont le premier métier de Francesca Melandri : sur la trame que dessine le long voyage en train du Tyrol en Calabre, les chapitres se posent, croissant l'histoire qui conduit Eva à faire ce voyage et l'Histoire qui fera naître le Haut-Adige indépendant que nous connaissons aujourd'hui. Un livre dont on aime tout de suite les gens et leur pays, Sans dire que, à l'heure où l'on se questionne beaucoup sur l'identité des personnes et des pays, ce voyage est plein d'une actualité poignante. Bref, un très beau livre.

    par Françoise ROUGIER Le 27 mai 2018 à 18:46
  • Un livre émouvant 5/5

    Un livre émouvant dans une région meurtrie par le redécoupage de frontières. En 1919, le Tyrol du sud qui appartenait à l’Autriche revient de force à l’Italie Mussolinienne bien que sa population soit germanophone. Le récit est une alternance entre le voyage à travers l’Italie d’Eva, la narratrice, et la vie de sa mère. Présenté lors du comité de lecture du 17 mars 2018.

    par Anne-Marie Le 01 mai 2018 à 21:51