Le mystère Bachelard - Science et poésie

Localisation : Médiathèque d'Herbès - Manosque
Catégorie : Fête de la science
Adresse : rue du mont d'or, Manosque
  • - Le 09/10/2021 de 16:00 à 17:00
Théorème vs poème. D’un côté la science, de l’autre la poésie…

Toute sa vie Gaston Bachelard les a opposés. La recherche diurne face à la rêverie nocturne, l’une vouée à la rectification des erreurs, l’autre au déploiement de l’errance.

Pourquoi l’auteur les a-t-il toujours confrontés ? Nous avons mené l’enquête. Jusqu’à ce qu’une petite image trouvée dans son village natal (une photo de famille dans sa maison d’enfance) révèle la clé du mystère. C’est cette découverte ainsi que les noces entre science et poésie qu’il s’agira de célébrer.


Suggestions

Du même sujet

Bibliothèque scientifique éphémère par le réseau des médiathèques DLVA |

Bibliothèque scientifique éphémère par le rés...

Localisation Salle des Fêtes Osco Manosco | Catégorie Fête de la science

  • - Le 09/10/2021 de 10:00 à 18:00

Présentation des collections scientifiques du réseau des médiathèques jeunesse et adulte. Possibilité de s’inscrire et d’emprunter sur place des documents.

Escape game : Panique à la bibliothèque |

Escape game : Panique à la bibliothèque

Localisation Médiathèque Lucien Jacques - Gréoux les bains | Catégorie Fête de la science

  • - Le 06/10/2021 de 15:00 à 16:30

Déconstruire certaines idées reçues sur des sujets scientifiques en s’amusantL’escape game “Panique à la bibliothèque” enrichit l’offre de culture scientifique des bibliothèques et médiathèques en pro...

Escape game : Panique à la bibliothèque |

Escape game : Panique à la bibliothèque

Localisation Médiathèque d'Herbès - Manosque | Catégorie Fête de la science

  • - Le 06/10/2021 à 17:00

Déconstruire certaines idées reçues sur des sujets scientifiques en s’amusantL’escape game “Panique à la bibliothèque” enrichit l’offre de culture scientifique des bibliothèques et médiathèques en pro...

Escape game : Panique à la bibliothèque |

Escape game : Panique à la bibliothèque

Localisation Médiathèque de Vinon sur Verdon | Catégorie Fête de la science

  • - Le 09/10/2021 de 13:30 à 15:00

Déconstruire certaines idées reçues sur des sujets scientifiques en s’amusantL’escape game “Panique à la bibliothèque” enrichit l’offre de culture scientifique des bibliothèques et médiathèques en pro...

#ÉlèveTonBlob : l'expérience éducative de la mission Alpha |

#ÉlèveTonBlob : l'expérience éducative de la ...

Localisation Médiathèque d'Herbès - Manosque | Catégorie Fête de la science

  • - Le 07/10/2021 de 17:00 à 18:00

Ni plante, ni animal, ni champignonL'effet de la micropesanteur sur le comportement du blob Modalités d'inscription Fabrication de la « Blob box »Présentation du projet éducatif en lien avec le vol ha...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • HIVER A SOKCHO de Elisa Shua Dusapin 5/5

    Cet « Hiver à Sokcho » est l’un de ces brins de vie dans lesquels sans qu’il ne se passe grand’chose tout devient changé. Rien n’est plus comme avant. Le livre aurait pu être une banale histoire d’amour. Un coup de foudre. Elle, c’est une jeune femme franco-coréenne qui tient une pension dans ce petit port de pêche de Sokcho, en Corée du Sud, tout près de la frontière de la Corrée du Nord. Dans quelques mois elle ses fiancera avec Jun-Oh et ils se marieront. Lui, c’est un artiste français, auteur de bandes dessinées, qui vient part hasard chercher l’inspiration dans cet endroit loin de tout, qui n’a rien de commun avec ce qu’il connaît. « il est arrivé dans un manteau de laine. Il a retiré son bonnet. Visage occidental. Il m’a tendu son passeport : Yan Kerrand, 1968, de Grandville. Un français ». L’arrivée de ce français change tout dans la vie de cette jeune femme dont le père, un français, n’a fait que passer à Sokcho. C’est bien plus qu’un coup de foudre. C’est l’un de ces séismes sont violence, au bout desquels on est une autre personne dans une autre vie. Ce qui fait la beauté de ce livre, c’est la finesse de son écriture. Tout est dit dans les intervalles, dans le filigrane. Comme tous ces moments de la vie qui se sentent, se vivent, sans pouvoir se dire. Il n’est pas besoin de longs dialogues. Simplement une écoute permanente à l’autre, un regard vers un horizon jamais fermé. Un récit dont le lecteur est le témoin, comme le passager d’un voyage. Un récit ouvert, car ce qui se dit entre les mots et au moins aussi important que les mots eux-mêmes. Et lorsqu’on referme le livre, on reçoit en cadeau l’esquisse du « héros » qui est né à Sokcho. On a comme l’impression que c’est si facile d’écrire. Peut-être LE coup de cœur depuis bien longtemps.

    par Françoise ROUGIER Le 04 décembre 2016 à 21:29